Octopus, un festival des familles

06/11/2017

Dans le dernier chapitre de mon livre, je lance quelques pistes pour un avenir désirable, notamment en matière de politique de jeunesse  (p179-182). Je dis, entre autres, ceci ;

Je rêve d'une grande « Alliance pour la jeunesse » qui ferait converger l'effort  des acteurs de l'éducation, de l'aide aux familles, du secteur associatif parascolaire, de la formation professionnelle, de la prévention et des familles. Une alliance dont le leitmotiv serait d'agir le plus tôt possible pour éviter que le jeune, une fois adolescent, ne soit exclu des dispositifs. Il convient d'agir dès la maternelle avec force et moyens en incluant, dans un dialogue continu, les parents, l'école et le secteur parascolaire. Cette Alliance pour la jeunesse nécessite le rassemblement des énergies, la fin du cloisonnement des métiers et surtout un surcroît de moyens à la hauteur de l'importance de l'enjeu ; on mesure la vitalité d'une société à l'investissement qu'elle consacre à sa jeunesse, à l'énergie qu'elle déploie à ne laisser personne à l'écart, à l'obstination qu'elle met à contrer les fatalismes.

(...)

Plus globalement, il importe de revenir aux finalités de ce que doit être l'éducation : le développement chez l'enfant, dès son plus jeune âge, des qualités et des compétences physiques, intellectuelles et morales, afin de lui donner les moyens de s'épanouir et de s'émanciper. Nous devons accélérer la diffusion des approches pédagogiques alternatives qui prennent en compte la diversité culturelle et de pensée, qui favorisent l'implication des parents et du secteur associatif et qui allient apprentissages théoriques et manuels. Certes, l'école doit être au coeur du dispositif, mais les activités parascolaires doivent être prises en compte.

Ces activités culturelles et artistiques, sportives, socio-éducatives et socioculturelles sont fondamentales. Je crois en particulier à la nécessité de renforcer les politiques culturelles au sens large, car elles constituent un levier extraordinaire de construction identitaire et d'émancipation.

atelier cirque parents-enfants au festival Octopus
atelier cirque parents-enfants au festival Octopus


Ce sont des enjeux sur lesquels nous réfléchissons et travaillons avec l'équipe du service jeunesse. Ainsi, pour la deuxième année consécutive, le service a lancé, en collaboration avec le service des cultures, un festival à destination des familles où enfants et parents assistent et/ou participent à des activités qui peuvent tous les intéresser et renforcer les liens entre eux. Durant la semaine des congés d'automne, étaient proposés divers ateliers d'une demi-journée où parents et enfants ont appris ensemble : un atelier couture où ils ont pu réaliser des jolis coussins, un atelier de cirque ou de danse, un atelier de jeux de société,... Cela n'a l'air de rien, mais pour certains parents, ces ateliers sont, plus qu'un bol d'air, une manière aussi de (re)prendre confiance dans leur capacité de "faire avec" leur enfant.

Ce n'est qu'un projet parmi d'autres, et la réflexion sur cette alliance éducative n'en est encore qu'à ses balbutiements. Je reviendrai, dans ce blog, sur d'autres projets ou réflexions en lien avec ce thème.